Requiem de Mozart

Ars Vocalis

Samedi 25 août à 17h - Eglise

Parce que Mozart est mort en le composant, son Requiem est entré dans l’histoire, auréolé de légendes… Au-delà de tous les mythes, la beauté de l’œuvre demeure : grave, solennelle, transcendante, laissée inachevée par la mort du compositeur, à 35 ans seulement, dans la pauvreté et la maladie.

 « Comme la mort [...] est l’ultime étape de notre vie, je me suis familiarisé depuis quelques années avec ce meilleur et véritable ami de l’homme, de sorte que son image non seulement n’a pour moi rien d’effrayant mais est plutôt quelque chose de rassurant et de consolateur. »

Ce calme face à la mort, on le retrouve tout au long du Requiem,  qui oscille entre accents terribles et tendres mélodies apaisantes et mélancoliques. Tout a été pensé pour que l’œuvre soit comme la mort elle-même : à la fois pathétique et terrifiante, calme et terrible.

 

Le chœur a le devant de la scène et laisse éclater sa puissance. Dans le Dies Irae notamment,  moment du jugement dernier, une formidable tempête survient : les terribles appels du chœur figurent tantôt la colère divine qui s’abat sur les hommes, tantôt des tentatives d’adoucir cette colère, tantôt des cris de terreur… Tout tremble d’angoisse, de fièvre et d’impatience. L’ultime composition du divin Mozart touche au sublime.

 

Nous vous la présentons ici dans une version chant et clavier qui mettra en valeur les voix des chanteurs et contribuera, par sa grande sobriété, à toucher encore plus l’intimité  profonde du compositeur. 

 

En première partie airs et duos d’opéras.

Ars Vocalis, Pôle d’Art Vocal de l’Ensemble baroque Arianna

Ensemble mixte d’une vingtaine de chanteurs porté par l’Association Ars Musica –Montpellier, il a pour vocation d’accueillir toute personne désireuse d’approfondir ses connaissances du répertoire vocal renaissance et baroque au sein du Pôle d’Art Vocal de l’Ensemble baroque Arianna.

 

Chacun, riche de son expérience individuelle, met alors son enthousiasme au service de l’ensemble, sous la conduite artistique exigeante et précise de Marie-Paule Nounou,  pour un travail rigoureux de restitution de quelques-unes des pages les plus prestigieuses de la polyphonie a cappella ou avec un petit effectif instrumental.

 

Le répertoire fait la part belle à la musique ancienne renaissance et baroque, mais explore parfois d’autres répertoires dans un souci de formation globale et d’enrichissement personnel de chaque chanteur.

 

Né en 2008, partenaire des concerts de l’Ensemble Arianna, on a pu l’entendre en Languedoc-Roussillon, entres autres,  dans des Anthems de Purcell, des extraits du Messie de Haendel, le Gloria, le Credo  et le Magnificat de Vivaldi, l’Histoire de Jephté de Carissimi, le Miserere d’Allegri, les Sept Paroles du Christ en Croix de Schütz, ainsi que des grands motets de Mondonville et Corrette. Avec la complicité de l’organiste Frédéric Muñoz, il a restitué des pièces d’Amérique latine des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles.

 

Au cours de classes de maîtres, il fait intervenir des chanteurs ou des chefs prestigieux dans le but d’approfondir ses connaissances stylistiques et vocales. C’est ainsi qu’en décembre 2015 le ténor Gilles Ragon a dirigé un programme intitulé Vivaldi, Albinoni, Caldara, princes de Venise et que l’année 2017 est dédiée à Monteverdi sous la conduite passionnée de Gabriel Garrido, spécialiste mondial de ce compositeur.

 

L’Association Ars Musica est subventionnée par la Ville de Montpellier, Montpellier-Méditerranée -Métropole

Le Département de l’Hérault, via l’Ensemble Arianna